Lien

Quelles sont les conditions pour obtenir la prise en charge d’une cure thermale ?

thermes-chatel-guyon-2-joel-damase-768x512

Quelles sont les conditions pour obtenir la prise en charge d’une cure thermale ? Comment faire ? Pour quels soins ? La rédaction de Ma Santé répond à vos interrogations.

Quelle est la durée d’une cure thermale ?

Pour être efficace, la durée d’une cure est de 18 jours à raison de 6 jours par semaine. Cependant, et selon les patients et leurs pathologies, les cures peuvent durer 6 ou 12 jours. Mais seule la cure de 18 jours est remboursée par la Sécurité Sociale.

Quel est le coût d’une cure thermale ?

Les frais liés à votre cure sont en principe pris en charge par l’Assurance Maladie. Attention, l’assurance Maladie ne rembourse qu’une cure de 18 jours par an.

Le frais de transport et l’hébergement peuvent-ils être pris en charge ?

Oui, partiellement, et sous réserve de conditions de ressources. Ainsi, pour une cure prescrite en 2018, le montant de vos ressources ne doit pas excéder 14 664,38 €.

Qui peut prescrire une cure thermale ?

Un médecin, généraliste ou spécialiste, voire un chirurgien-dentiste dans le cas d’affection des muqueuses bucco-linguales.

(…)

Comment choisir sa destination thermale ?

C’est au médecin de choisir la station thermale en fonction de votre affection.

Quels soins sont pratiqués pendant la cure ?

L’hydrothérapie externe ou générale (bains et douches), l’hydrothérapie interne ou locale (aérosolthérapie, inhalations, gargarismes, nébullisation) et la cure de boisson (ingestion d’eau minérale).

Pour quelles pathologies, les cures thermales sont-elles à prescrire ?

Pour douze orientations médicales précises: rhumatologie, voies respiratoires, phlébologie, dermatologie, neurologie et affections psychosomatiques, gynécologie, voies digestives et métabolisme et les voies urinaires et métabolisme, affections des muqueuses buccales, troubles du développement de l’enfant, maladies cardio-artérielles.

(…)

A SAVOIR

La procédure pour se faire prescrire une cure thermale se déroule en quatre temps:

1) retrait du formulaire Cerfa auprès de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de votre département ;

2) le médecin remplit le document en mentionnant la ou les orientations thérapeutiques ;

3) vous adressez le formulaire à votre centre de Sécurité Sociale, qui rendra son accord sous 15 jours (à défaut, l’accord est réputé acquis) ;

4) vous prenez directement contact avec l’établissement thermal pour fixer les dates de la cure et organiser votre hébergement.

Plus d’informations sur www.medecinethermale.fr

Lire l’intégralité de l’article ici : http://www.ra-sante.com/cure-thermale-conseils-reponses-redaction-1835.html

Publicités
Lien

Stations thermales : le manuel du curiste

dc82f3d_10911-7idjul-9hx4l

Aix-les-Bains (Savoie), Vichy (Allier), Eugénie-les-Bains ­ (Landes), Royat (Puy-de-Dôme)… Si le thermalisme a connu un engouement au XIXe siècle, porté par la vague du romantisme, il remonte à la période romaine où l’on trouve trace des premiers établissements à vocation médicale. Aujourd’hui, 90 stations thermales sont en activité en France, soit un total de 110 établissements thermaux. Elles sont alimentées par 770 sources. Leur exploitation est soumise à autorisation ministérielle, après avis de l’Académie nationale de médecine sur leur utilisation thérapeutique.

Normes

Ce statut leur donne des obligations, puisque ces eaux doivent être délivrées pures, dans l’état où elles se trouvent à l’émergence, et stables dans le temps. Contrairement aux eaux de distribution, elles ne doivent pas subir de traitement. Elles sont soumises à des normes microbiologiques, avec interdiction d’utiliser des désinfectants.

Classement des eaux

Le patient sera orienté vers un centre thermal ayant recours à une eau adaptée à sa pathologie selon sa composition minérale. On classe les eaux minérales en six grandes catégories : bicarbonatées, sulfatées, sulfurées, chlorurées sodiques, avec élément rare (cuivre, sélénium…) ou oligométalliques (faiblement minéralisées).

Affections

La rhumatologie reste la première orientation thérapeutique et concerne 79 % des prescriptions. Viennent ensuite le traitement des voies respiratoires (7,55 %), de l’appareil digestif (3,1 %) et la dermatologie (2 %).

Prescription

Plus de 10 millions de journées de soins sont délivrées chaque année en France par les établissements thermaux. La cure thermale la plus pratiquée est prescrite par un médecin et prise en charge, en partie, par la Sécurité sociale. Elle se déroule sur trois semaines, dont dix-huit jours de traitement. C’est un médecin thermal qui prescrit les soins (quatre soins obligatoires par jour en rhumatologie), voire une pratique alimentaire adaptée dans les stations traitant la nutrition, dès l’arrivée du curiste, et qui le suit pendant toute la cure (trois visites médicales sont obligatoires durant le séjour).

Lire la suite de l’article ici : https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2018/07/09/stations-thermales-le-manuel-du-curiste_5328340_4497916.html

Lien

Spa, thalasso, thermes… Les Français adorent l’eau

9a93e6d_9673-krhbib-yy2q

Comme les Macron et leur rêve de piscine à Brégançon, les Français n’ont jamais autant aimé mouiller le maillot (de bain). Nouveaux complexes, investissements pharaoniques, la balnéothérapie s’est offert une cure de jouvence.

Ce sont des préfixes magiques. Aqua-bidule, hydro-truc… et le chiffre d’affaires suit. L’esperluette fonctionne bien elle aussi : Machin-chose & spa. A coup sûr, les plaisirs et soins d’eau font recette, ces temps-ci.

Toutes les occasions sont bonnes : la France nage, glisse, plonge, patauge, flotte, barbote, s’hydrate, se rafraîchit, ramollit, se dissout… De tous côtés, elle prend l’eau. Aux premières chaleurs, que promet la maire de Paris ? Une baignade dans la Seine, d’ici à 2024. Qu’exige le président de la République ? Une piscine, en son fort varois de Brégançon ! Ministres et conseillers, eux, tenteront d’estomper leurs cernes au spa ou d’éloigner le burn-out en thalassothérapie.

Thalassothérapie et thermalisme

Cette dernière « se porte bien », admet le docteur Marie Perez-Siscar, qui en préside le syndicat officiel, France Thalasso. Ces soins par la mer, les boues, algues et oligoéléments, invention française du XIXe siècle, côté Atlantique, sont désormais dispensés dans 51 centres littoraux. Avec l’offre croît la fréquentation : de 7 % en moyenne entre 2010 et 2016, et encore de 4 % en 2017, pour un chiffre d’affaires annuel de 350 millions d’euros.

Au milieu des années 2000, menacé de déremboursement, le thermalisme pâtissait d’une image vieillotte.

Certes, la perspective de passer six jours en peignoir éponge, hébergé dans un hôtel qui vend la nuit au prix de la semaine en all inclusive tunisien, ne réjouit plus forcément. En revanche, on s’offre volontiers un week-end, une journée. Et même un petit après-midi, dos massé par l’eau de mer qui tombe du col-de-cygne, puis par des mains expertes, pour une cinquantaine d’euros. « On cherche à proposer des nouveautés, assure le docteur Perez-Siscar, mais les clients reviennent toujours à l’eau. Ce qui est le plus prisé, c’est être seul dans son bain bouillonnant, à se recentrer. La thalasso est le lieu où l’on se met en mode pause…

Lire la suite de l’article ici : https://www.lemonde.fr/m-perso/article/2018/06/29/spa-thalasso-thermes-les-francais-adorent-l-eau_5323287_4497916.html

 

Lien

Un bol d’air grâce aux cures des voies respiratoires !

Beautiful woman relaxing in spa swimming-pool

Les pathologies des voies respiratoires (rhinites, sinusites, pharyngites, angines à répétition, rhume des foins, bronchites, asthmes…) représentent le deuxième motif de séjour en station thermale.

Les cures thermales sont très utiles pour diminuer l’inflammation, réduire la fréquence des crises et des prises médicamenteuses. Elle dure en général trois semaines pour permettre la régénération des muqueuses. Grâce à des ateliers thérapeutiques, le patient apprend aussi à mieux comprendre sa maladie et à mieux la gérer.

Cette année, de nouvelles cures spécifiques sont proposées, notamment pour nettoyer le système respiratoire en profondeur et gérer la BPCO (Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive).

Les cures thermales pour soulager les personnes atteintes

Essoufflement, sifflement, toux sèche ou grasse, crise d’asthme… Les affections des voies respiratoires peuvent être d’origine infectieuse ou chronique. Affectant la qualité de vie des personnes de façon plus ou moins importante, elles font l’objet de cures thermales ciblées. Que ce soient des pathologies des voies respiratoires supérieures (rhinites, sinusites, etc.) ou inférieures (bronchites, asthme, etc.), les cures soulagent efficacement les symptômes tout en prenant en charge globalement la personne notamment par le biais d’ateliers pédagogiques.

Le curiste pourra, grâce aux localisations exceptionnelles des centres thermaux, bénéficier d’un air exempt de pollution. Cette qualité de l’air est le premier médicament des personnes souffrant de telles affections.

Lire la suite de l’article ici : https://blogdesthermalies.wordpress.com/2017/01/18/cure-voies-resporatoires/

Lien

Cures thermales et thalasso pour les enfants

water-of-banana-and-pineapple

Pourquoi les enfants ne pourraient-ils pas profiter des bienfaits de l’eau thermale ou de l’eau de mer ? De plus en plus d’établissements les accueillent d’ailleurs, et de mieux en mieux. Deux exemples : Brides-les-Bains et Carnac thalasso&spa.

Au Carnac Thalasso spa&resort, des soins bio pour les Juniors

Dans ce pays mégalithique, une thalasso est depuis longtemps installée à côté des salines. L’hébergement et le centre thalasso ont été totalement revus et accueillent désormais les familles avec un confort maximal.

A la carte : Beauté et bien-être Biokid (enfants de 7 à 12 ans)

Des soins de visage, des mains ou des pieds, avec une gamme de cosmétiques bio adaptée à leur peau, aux parfums fruités et gourmands, entre 35 € et 45 €.

Les adolescents auront accès à des vrais soins visage, dos ou un hydrojet. Les deux apprécieront le Spa Marin !

(…)

Perdre du poids en famille à Brides-les-Bains

Le célèbre établissement thermal de Brides-les-Bains a totalement revu ses espaces pour plus de modernité pour toujours autant d’efficacité.

Le programme Jeunes >18ans « Un été pour adopter de bonnes habitudes » accueille parents et enfants en surcharge pondérale avec des sessions en juillet et août. Elles comprennent des entretiens nutrition, des ateliers avec une diététicienne qui discute des habitudes alimentaires de la famille, des activités physiques, des cours de cuisine et bien sûr, l’accès libre aux Grands Bains de Salins et aux cours d’aquagym quotidiens (si prescription de bain en eau courante par le médecin thermal).

Tarif 2018 : 120 € pour chaque jeune. Nombreuses possibilités d’hébergement.

Lire cet article en intégralité ici : http://www.nosjuniors.com/sante-bien-etre/cures-thermales-et-thalasso-pour-les-enfants/

Lien

Sept idées pour retrouver la forme dans les établissements thermaux d’Auvergne

chaudes-aigues-team-bh-sr-a-caleden-avec-jordan-sarrou-lena-_3732062

Dans un monde hyperconnecté et stressant, les Français s’octroient davantage de pauses. Pour essayer de capter cette nouvelle demande, les établissements thermaux ont dépoussiéré leur image en s’engageant sur le chemin du bien-être et de la détente.

Les destinations bien-être sont dans l’air du temps. Une voie dans laquelle les stations thermales se sont engouffrées, à l’image de Vichy. Les vertus thérapeutiques des cures thermales ne sont plus seulement réservées à la santé.
Les cures séduisent désormais par leur capacité de délassement et de détente. Les Français sont d’ailleurs de plus en plus nombreux à opter pour de courts séjours dans des centres thermaux. Pour se remettre en forme, pour affiner sa silhouette ou se relaxer, faire un break dans une vie professionnelle trépidante et stressante. Voici quelques suggestions pour s’octroyer un moment de plaisir.

À Vichy, se couper d’Internet pour mieux se retrouver

Précurseur de ce type de programmes liés au surmenage professionnel, l’établissement thermal des Célestins propose une cure baptisée Digital Detox®. Le but : couper les curistes de tous les objets numériques, de type télévision, tablettes ou ordinateurs, présentés comme chronophages ou générateurs de stress.

Dès le premier jour du programme, les téléphones et ordinateurs des curistes sont ainsi placés dans un coffre-fort. Seule une radio diffusant de la musique zen subsiste dans les chambres d’hôtel. Un bon moyen de donner tout son sens au mot relaxation, en offrant la possibilité de se recentrer exclusivement sur soi-même.

À Bourbon-L’Archambault, associer sport et détente

Pour cette nouvelle saison, les thermes de Bourbon-L’Archambault innovent par le biais d’une mini-cure sport et détente. Articulé sur six jours, le programme propose, à l’issue d’un bilan effectué avec un coach, une activité sportive quotidienne assorciée à une activité détente.
Jaillissant à sa source à 55 °C, l’eau thermale de la célèbre station bourbonnaise est carbo-gazeuse, chlorurée sodique, bicarbonatée et sulfatée. Cette mini-cure de dix-huit soins d’hydrothérapie et d’activités sportives vise à reprendre une activité physique encadrée et à dynamiser son corps.

(…)

Les vertus de l’eau thermale de Châtel-Guyon

C’est l’eau la plus riche en magnésium d’Europe ! Cette eau bienfaitrice est particulièrement bénéfique pour le système digestif et la rhumatologie. L’établissement propose des cures conventionnées de dix-huit jours, ainsi que des programmes spécifiques d’accompagnement.
À l’heure où les études scientifiques démontrent le rôle primordial de l’intestin, les thermes de Châtel-Guyon proposent des cures prévention santé à durée libre. Il est ainsi possible de découvrir et de tester les soins sur demi-journée en prévision d’une cure ou tout simplement pour prendre soin de soi.

Pour lire l’intégralité de cet article cliquez ici : https://www.lamontagne.fr/vichy/loisirs/sante/2018/04/20/sept-idees-pour-retrouver-la-forme-dans-les-etablissements-thermaux-d-auvergne_12819486.html#refresh

 

Lien

Recharger ses batteries au bord de la mer !

2494333-image-salon-thalasso-thermalisme-toulouse-10

Promenades nez au vent et bouffées d’air pur iodé sont souvent des remèdes efficaces contre le stress et la nervosité. C’est tout l’intérêt des thalassos.

Balades iodées

Du Grau du Roi à Banyuls-sur-Mer, les centres de thalassothérapie se sont développés sur le littoral. A Port-Camargue, entre Aigues-Mortes et les Sainte-Marie de lamer,la chaîneThalazur mise cette année sur des cures de six jours anti-stress et sommeil, avec des modelages basés,sur des techniques holistiques, ayurvédiques,inspirées de la médecine chinoise, et des séances de shiatsu. Marche sur la plage,aquagym et parcours balnéo permettent aussi de décompresser.

A Balaruc-les-Bains, O’Balia a ouvert en 2010 sur une surface de 2 200 m2, en s’appuyant sur la station thermale . L’eau, naturellement chaude, est puisée dans un gisement situé à 1 500 m de profondeur et jaillit à 50 °C. Elle estr éputée pour aider à la mobilisation des articulations,et a des propriétés anti-inflammatoires. Le centre s’est organisé autour de deux espaces, l’Oasis et l’Ozen,d’inspiration japonaise,auxquels s’ajottent un caldarium à 45 °C et un sauna.

On retrouve ensuite des centres de thalasso au sud desPyrénées-Orientales. Au Canet,le centre de thalasso Les Flamants Roses propose un bassin d’eau de mer chauffée et plus de 80 soins à la carte. A Saleilles, près de Perpignan, c’est un centre Calicéo qui accueille les adeptes de la détente. A Argelès-sur-Mer,le spa marin Balnéo vital Odalys construit son offre autour de l’antistress.Ses cures s’appellent « découverte », « détox » ou encore « Lâcher-prise. ». A Banyuls, Côté Thalasso propose toute une gamme de mini-séjours autour de la forme, de la minceur,et de la détente avec quelques programmes ciblés : ados, hommes, jeunes mamans ou encore « anti burn-out ».
Lire l’intégralité de l’article ici :  https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/27/2768149-bien-etre-recharger-ses-batteries-au-bord-de-la-mer.html#Svr8sI2EQ5hWy2SJ.99