Vidéo

Se baigner dans de l’eau glacée par la méthode Wim Hof avec Damien Eissen

Dans cette vidéo, on fait une rapide présentation de la méthode Wim Hof qui permet à tout un chacun de se baigner dans de l’eau glacée entre autre. Mais cette méthode permet bien d’autres choses comme l’illustre la photo ci-dessous avec Wim Hof.
methode wim hof

Effectivement, la méthode Wim Hof est un ensemble de techniques développées pendant plus de 30 ans par Wim Eric Hof, un hollandais de 59 ans.

Celle-ci s’articule autour de trois piliers :
– la respiration
– la concentration
– l’exposition au froid

La puissance combinée de ces trois éléments a permis à Wim de combattre la dépression et de réaliser de nombreux exploits auparavant inimaginables !

Il a notamment couru un semi-marathon au-dessus du cercle arctique, ne portant rien de plus qu’un simple short. Il s’est prouvé être capable de rester immergé dans un bain de glaçons pendant presque 2 heures, également de courir un marathon dans le désert de Namibie sans boire une seule goutte d’eau.

La vidéo de l’interview avec Damien Eissen a été tournée le 4 Novembre 2019 dans les environs de Strasbourg dans la matinée.

Présentation de Damien Eissen : Coach en développement personnel, instructeur niv 2 de la méthode Wim Hof, professeur de Yoga certifié Yogaworks, professeur d’acroyoga certifié AcroYoga International et thérapeute en thaï yoga massage. Fondateur du Primal Bloom et du groupe Ice Yoga Alsace.
Lien du site : https://www.primalbloom.fr/

00:12 Question N°1 : Présentation de la méthode Wim Hof
04:10 Question N°2 : Description de la technique de respiration de la méthode Wim Hof
06:05 Question N°3 : Qu’est-ce que cette méthode a changé dans le quotidien de Damien Eissen ?
08:10 Question N°4 : Quels sont les bienfaits de la méthode qui reviennent le plus parmi toutes les personnes qui ont fait la méthode Wim Hof avec Damien Eissen ?
10:14 Question N°5 : Quel rapport entretient Damien Eissen avec l’eau ?

Pensez à vous abonner à la chaîne Youtube EAU Séance et d’appuyer sur la petite cloche des notifications pour recevoir l’information par email d’une nouvelle mise en ligne de la chaîne.

 

Lien

Se soigner avec l’eau : la merveille oubliée

Chère lectrice, cher lecteur,

Vous êtes en pleine campagne, à observer un étourneau, un merle ou un renard et soudain, stupeur !
Voilà que débarquent des femmes aux larges chapeaux et à robes à frou-frou, assistées de messieurs en costume qui tirent sur leur montre à gousset.

Détail : ils ne portent ni chaussettes ni chaussures, foulant de leurs pieds nus l’herbe et les fourrages encore trempés par la rosée du matin. Et à en croire les grimaces qu’ils font, ça a l’air de picoter, leur manège…

Dementia medical concept

Vous allez me dire : « ce sont des échappés de l’asile, tout est sous contrôle… » !?

Pas du tout ! Il s’agit d’éminents curistes, venus à Worishöfen, Bavière, alias le village des « nudipédistes ».

C’est en effet là que vivait le célèbre abbé Sébastien Kneipp (1821 – 1897) [1], homme de foi soucieux de l’âme, mais aussi inventeur d’une méthode thérapeutique consistant à « agir sur la peau par l’eau froide et à déclencher, sous l’effet de cette excitation, des modifications dans l’irrigation sanguine de la peau et dans les parties profondes de l’organisme. »

La conviction de cet abbé naturopathe était que si des domaines localisés de l’organisme se voyaient influencés par « l’excitation de l’eau », le métabolisme général l’était aussi, l’élimination des déchets se faisait mieux, et le dynamisme augmentait.

Et il obtenait des résultats sensationnels.

Voilà pourquoi des centaines de curistes, parmi lesquels on trouvait l’élite de la bonne société d’antan, se retrouvaient (et se retrouvent encore) à marcher pieds nus dans les champs couverts de rosée, suivant ainsi les conseils de vitalisation de l’abbé. Au grand dam, il faut le dire, des paysans locaux, furieux de voir ainsi malmenées leurs cultures, par des pieds aussi illustres fussent-ils…

FAIRE SA CURE D’EAU…CHEZ SOI !

Je vous raconte cela car on parle souvent des bienfaits des cures thermales contre le mal de dos (douleurs lombaires notamment) [2]l’arthrose (genou et hanche notamment) [3], le surpoids [4], la fibromyalgie, l’anxiété ou la dépression [5] etc. Et c’est vrai qu’on ne peut que les recommander !

(…)

MAGIE DE L’EAU QUI SOIGNE !

Aujourd’hui, c’est vrai, nous avons tendance à croire que l’eau, « Ben…ça se boit, quoi ! ».

Mais pas seulement ! L’eau, c’est une splendide pharmacie qui offre une panoplie immense de soins, dont la marche nu pieds dans la rosée (et même dans la neige, en hiver) n’était que l’une des techniques que conseillait l’Abbé Kneipp à ses patients :

L’eau s’emploie aussi en compresses, en bains, en vapeurs, en « affusions » (voir plus loin), en lotions ou encore en emmaillottements. Et voici quelques-unes de ces techniques que pouvez utilisez chez vous :

    • Les lotions ou lavages (froids et chauds) qui se pratiquent le matin, immédiatement après le lever. Le Dr Oertel Bauer, un disciple de Kneipp, détaille dans son livre « La santé par les plantes » les effets de telles « excitations » :

Lorsque l’eau froide affecte la peau, les vaisseaux se contractent puis se dilatent ensuite, et la chaleur se dissipe vers l’extérieur jusqu’au moment où une certaine compensation est atteinte. Si de la chaleur se produit au-delà du besoin de compensation, une réaction thermique intervient qui conduit à la sudation. Le centre respiratoire, en tout cas, se trouve stimulé. Les inspirations énergiques sont ici caractéristiques ; et elles ont en retour un effet favorable sur la circulation et le métabolisme.

Si la peau prend une coloration bleuâtre, il s’agit d’une mauvaise réaction, et il convient d’interrompre le lavage. Egalement, il est important d’habituer progressivement le corps à l’excitation froide, en procédant à de petites applications partielles répétées.

Lorsqu’on fait une application d’eau chaude, il se produit une large dilatation vasculaire qui s’étend jusqu’aux vaisseaux profonds et entraîne toujours une chute de tension artérielle.
Toujours commencer par des lavages et des douches sur des parties éloignées du cœur, par exemple sur le pied ou la main.

La durée du lavage, de la lotion ou du bain froid ne doit pas excéder 2 à 3 minutes. Aux personnes qui « ne sont pas en possession d’une montre », l’abbé Kneipp conseillait pour s’y retrouver malgré tout, de « compter deux Pater (Notre-Père) pour une minute »…Soit six Pater au maximum.

    • Les applications ou compresses, laissées en place une demi-heure à une heure : froide, elles agissent « dans les maladies des organes digestifs et dans les affections d’origine cardiaques» ; chaudes, elles sont utiles en cas de gastro-entérites, maladies des reins, douleurs articulaires, asthme, bronchites. On recouvre la partie à traiter d’un morceau de toile mouillée, recouvert par une autre toile, sèche cette fois, puis d’une étoffe de laine.
      • Les enveloppements: il s’agit d’une technique proche de celle de l’application, à ceci près que la durée peut aller jusqu’à deux heures. « On les utilise pour obtenir la désagrégation et l’élimination intenses d’éléments malsains, ou bien une dérivation (c’est le cas notamment pour les enveloppements des pieds »). La couche de vapeur d’eau qui se forme dans l’enveloppement et entoure la peau calme les nerfs et diminue la douleur. Elle permet aussi de dilater les pores et les ouvertures des glandes sudoripares : la peau « rejette alors énergiquement les déchets ».

(…)

Retrouvez l’intégralité de l’article ici : https://www.directe-sante.com/se-soigner-avec-leau/

 

Lien

Douleur chronique post-opératoire : le plus givré des traitements

froid-nager-eau-froide-douleur-chronique

Et si une nage forcée en eau froide était un traitement efficace et définitif contre une douleur rebelle après chirurgie ? C’est la question que l’on est en droit de se poser à la lecture d’un cas clinique spectaculaire publié par des médecins britanniques le 12 février 2018dans la revue en ligne BMJ Case Reports.

Un homme de 28 ans souffre de violentes douleurs persistantes après avoir été opéré. Il a subi quelques jours plus tôt une sympathectomie thoracique endoscopique car il souffrait de rougissements sévères, incontrôlables et très invalidants du visage. Cette intervention a consisté à pratiquer de petites incisions dans l’espace situé entre les côtes et à sectionner le nerf sympathique au niveau des premières vertèbres thoraciques, après échec des traitements médicaux. Dans cette pathologie*, le système sympathique s’emballe et dilate les vaisseaux du visage, ce qui entraîne la rougeur.

La sympathectomie thoracique endoscopique peut endommager les nerfs intercostaux et entraîner après l’opération une douleur dite neuropathique siégeant au niveau de la poitrine. Ce type de douleur, provoquée par des lésions du système nerveux, n’est généralement pas facile à traiter et ne répond pas toujours aux médicaments analgésiques. Le patient opéré souffrait depuis son intervention de douleurs intenses et bilatérales au niveau de la 5e vertèbre thoracique. Il n’était pas soulagé par la kinésithérapie et les médicaments anti-douleur prescrits : paracétamol, anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS) et analgésiques opiacés. Les sévères douleurs de la névralgie intercostale sont même accentuées par les mouvements lors de séances de physiothérapie. Dix semaines après l’intervention chirurgicale, le patient est dans une grande détresse. Son état douloureux l’empêche de pratiquer une activité sportive et altère sa qualité de vie.

Ce patient, qui avait pratiqué des compétitions de triathlon, décide alors de nager en eau libre afin de ne plus penser un temps à ses douleurs, sans que l’équipe soignante n’en sache rien. Il se trouve le long d’une côte rocailleuse, ce qui l’oblige à plonger puis à nager environ une minute avant de rejoindre plus loin le rivage en toute sécurité.

Il nage dans une eau à 10 °C. L’effort physique est extrêmement important. Son crawl s’accompagne de mouvements de tous ses membres pour lutter contre le froid. Il se dit alors qu’il va mourir tant la température de l’eau est basse.  » Dès que je me suis retrouvé dans l’eau, j’ai eu une vision en tunnel. Pour la première fois depuis des mois, j’ai complètement oublié la douleur ou la peur de ressentir des douleurs fulgurantes dans la poitrine quand je bougeais. Tout mon corps frissonnait à cause du froid. Je me disais que si j’arrêtais de nager,  j’allais vite geler. Au bout d’un moment, j’ai commencé à y prendre plaisir. C’était comme une immense bouffée d’adrénaline. J’étais prêt à parier que je n’éprouvais aucune douleur, même si j’essayais d’en ressentir. Lorsque je suis sorti de l’eau, j’ai réalisé que ma douleur neuropathique avait disparu. Je ne pouvais y croire », peut-on lire dans l’article médical qui rapporte les propos du patient.

Depuis sa nage dans une eau très froide, le jeune homme n’a plus eu à souffrir de sa névralgie intercostale. Il peut bouger et faire de l’exercice comme bon lui semble. Il a retrouvé toute sa mobilité et une qualité de vie normale. Il a également arrêté de suivre son traitement par AINS et opiacés.

Ce cas clinique, rapporté par le psychiatre Tom Cole (Université de Cambridge) et Pieter Mackeith (University of East Anglia, Norwich), est unique. Les auteurs déclarent ne pas avoir retrouvé de cas dans la littérature médicale faisant état de la disparition d’une douleur neuropathique associée à une incapacité de bouger après une nage en eau froide.

Nage forcée en eau froide

Il est difficile d’affirmer avec certitude l’existence d’une relation causale entre le fait de n’avoir pas d’autre choix que de nager dans une eau froide et la rémission totale de la douleur neuropathique. Mais force est de constater, déclarent les auteurs, que la concomitance des événements, le ressenti du patient, le fait qu’il ne s’attendait pas à la survenue d’un tel phénomène et l’absence d’explications alternatives,« augmentent la probabilité d’une relation de cause à effet, au delà d’un effet placebo ». 

L’immersion brutale dans l’eau froide, associée au danger de mourir noyé, a pu entrainer une suractivité du système sympathique. La réponse de l’organisme au froid a par ailleurs pu provoquer une baisse de perfusion du cerveau et un état de conscience altéré. Tout ceci expliquerait sur le moment une modification de la perception de la douleur, en d’autres termes « une analgésie endogène de courte durée ».

De plus, notent les auteurs, se retrouver contraint de nager dans une eau froide a pu faire en sorte de solliciter de façon totalement inattendue d’autres récepteurs que ceux impliqués dans la douleur, notamment les mécanorécepteurs (sensibles à la pression et localisés dans les muscles, les tendons et les articulations), les thermorécepteurs (qui mesurent les variations de température cutanée) et les propriorécepteurs (impliqués dans la sensibilité profonde du corps et qui renseignent sur la position des différentes parties du corps). Autrement dit, on ne peut exclure que les messages nerveux provenant de ces divers récepteurs l’aient emporté sur les nocicepteurs, qui transmettent les influx douloureux.

Les auteurs n’excluent cependant pas la possibilité que la névralgie intercostale post-sympathectomie relevait en partie d’un mécanisme impliquant le système nerveux autonome et que celui-ci ait pu être submergé lors de la nage en eau froide par la suractivité du système sympathique.

Lire la suite de l’article ici : http://realitesbiomedicales.blog.lemonde.fr/2018/02/13/douleur-chronique-post-operatoire-le-plus-grive-des-traitements/

Lien

Se laver à l’eau froide : quels effets sur le corps ?

eau-800x445

Tout le monde redoute ce moment, celui où le ballon d’eau chaude est vide et qu’il va falloir se laver à l’eau froide. C’est un moment terrible durant lequel il n’est possible de se concentrer sur rien tant l’eau glacée bloque les muscles du corps. Mais sachez-le, prendre une douche froide présente de nombreux bénéfices auxquels il serait pertinent de penser à ce moment propice pour mieux le vivre.

Quels effets sur le corps ?

Augmente la vivacité

Prendre une douche froide le matin et sentir l’eau froide couler sur notre corps semble plus horrible qu’apaisant. Cependant, la respiration profonde en réponse au choc de notre corps nous aide à rester au chaud, car elle augmente notre consommation globale d’oxygène. Ainsi, notre rythme cardiaque augmentera également, libérant une poussée de sang dans tout notre corps. Cela nous procure une dose naturelle d’énergie pour la journée.

Affine les cheveux et la peau

Lorsqu’il s’agit des cheveux et de la peau, l’une des façons les plus naturelles de maintenir votre apparence est de prendre des douches froides. L’eau chaude a tendance à assécher notre peau, il est donc préférable d’utiliser de l’eau froide pour resserrer vos cuticules et pores, ce qui les empêchera de se boucher. L’eau froide peut « sceller » les pores de la peau et du cuir chevelu, empêchant la saleté d’y pénétrer.

Jessica Krant, dermatologue certifiée, a déclaré au Huffington Post que l’eau glacée ou tiède peut aider notre peau et l’empêcher d’être dépouillée trop rapidement de ses huiles naturelles saines. N’oubliez pas que l’eau froide ne resserre la peau que temporairement, car elle rétrécit le flux sanguin, mais ne rétrécit pas les pores. Lorsqu’il s’agit de soins capillaires, les douches froides peuvent rendre les cheveux plus brillants, plus forts et plus sains en aplatissant les follicules pileux et en augmentant leur capacité à saisir le cuir chevelu.Si vous avez les cheveux teints, vous voulez certainement penser aux douches froides. La chaleur de l’eau endommagera vos cheveux et fera saigner les couleurs. Vous finissez par avoir besoin de plus de retouches, surtout si vous optez pour des couleurs à la mode. L’eau froide aide à fixer les couleurs à vos cheveux, pour qu’ils aient l’air vibrant et clair plus longtemps.

Soulage la dépression

Il a été démontré que les douches froides soulagent les symptômes de dépression en raison de l’impact intense des récepteurs du froid dans la peau, qui envoient une quantité écrasante d’impulsions électriques des terminaisons nerveuses périphériques au cerveau. Ainsi, cela produit un effet antidépresseur et stimule l’humeur, ce qui en fait un remontant. Une étude de 2008 a révélé que l’hydrothérapie par le froid a un effet analgésique et ne semble pas avoir d’effets secondaires notables ou causer une dépendance. Ce traitement comprenait une à deux douches froides de 38 degrés Fahrenheit, d’une durée de deux à trois minutes, suivies d’une adaptation graduelle de cinq minutes pour rendre la procédure moins choquante.

Il est plus facile de contrôler vos émotions

Si vous avez de la difficulté à contrôler vos émotions, vous pouvez envisager une douche froide. Les températures aident à contrôler l’ensemble de votre système nerveux, ce qui le rend beaucoup plus résistant à tout ce qui se présente à vous.

En fait, des études ont montré que les douches froides créent une petite quantité de stress oxydatif sur votre corps. Bien qu’une grande quantité de stress oxydatif soit mauvaise (et vous utiliserez des antioxydants pour soulager cela), une petite quantité sur une base régulière est bonne pour vous en général. Votre système nerveux s’habitue aux niveaux, ce qui signifie qu’il peut gérer ces petites quantités.

Lire la suite de l’article ici : https://therapeutesmagazine.com/se-laver-a-leau-froide-quels-effets-sur-le-corps/?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter_hebdo&fbclid=IwAR3e-qk8oVEbTABdjMJXM96KY8hK8GpYch8XaqD2CRQaqLtKvOPdGei0468

 

Lien

LIVE – Choisir son EAU en fonction de son profil ayurvédique -avec Hervé Janecek

Affiche Boire son eau en fonction de son profil ayurvédique

Souvent on se retrouve devant LA question quelle eau choisir ? Et si on utilisait notre profil ayurvédique pour cela ? Pour répondre à cette question j’ai téléphoné à Hervé Janecek, docteur vétérinaire, chercheur en biologie, en nutrition et en Médecine. Il dirige depuis 23 ans la société Cytobiotech impliquée dans la qualité et le traitement de l’eau.

LE TIMECODE DE L’ENREGISTREMENT :
03:06 👉Présentation de l’enregistrement
06:44 👉 Présentation de Hervé Janecek
11:05 👉Appel téléphonique à Hervé Janecek
12:15 👉 1ere Question : Quels sont les profils ayurvédiques de base ?
20:45 👉2e Question : Est-ce que chaque DOSHA peut boire la même eau que ce soit en fonction de la température, du PH, du volume et du redox ?
32:15 👉À propos des filtres pour prendre une douche avec de l’eau du robinet
33:02 👉 Ce qu’il faut retenir
35:45 👉Comment trouver son profil ayurvédique ?
45:59 👉 Tous les jours pour digérer on exporte 5L d’eau…
51:03 👉 Quelle eau choisir pour prendre sa douche en fonction de son profil ayurvédique ?
52:22 👉 À propos l’eau bicarbonatée
01:05:08 👉QUESTION DU PUBLIC : Faut-il dynamiser l’eau avant de la boire afin de la structurer ?
01:07:34 👉 QUESTION DU PUBLIC : À propos l’eau de Quinton ?
01:09:14 👉 QUESTION DU PUBLIC : À propos de l’eau absorbée par la peau ?
01:10:42 👉 QUESTION DU PUBLIC : Est-ce que les filtres changent le PH ?
01:11:44 👉 QUESTION DU PUBLIC : À propos de l’eau déminéralisée ?
01:14:25 👉 QUESTION DU PUBLIC : Thierry Casanovas a tort de mettre en avant l’eau distillée ?
01:18:15 👉 Précision sur l’Ayurvéda par Hervé Janecek
01:19:07 👉 QUESTION DU PUBLIC : Les minéraux dans l’eau sont-ils bioassimilables ?
01:22:22 👉 QUESTION DU PUBLIC : Le tempérament est-il à prendre en compte pour choisir son eau ?
01:24:26 👉 QUESTION DU PUBLIC : La pastèque est-elle conseillée alors pour un VATA (air) ?
01:26:08 👉 QUESTION DU PUBLIC : À propos des hammams en fonction du profil ayurvédique ?
01:28:20 👉 QUESTION DU PUBLIC : À propos des osmoseurs ?
01:29:55 👉 QUESTION DU PUBLIC : Y a-t-il des eaux thérapeutiques ?
01:32:42 👉 QUESTION DU PUBLIC : Y a-t-il des ouvrages de référence sur le sujet ?

Lien

Méthode Kneipp : l’eau froide fait des miracles

methode-kneipp-l-eau-froide-fait-des-miracles_imagepanoramique647_286

De l’eau, des plantes : l’abbé a inventé une philosophie de santé globale.
Le sourire est enfoui, les épais sourcils noirs, en broussaille et les cheveux blancs, domptés par une calotte. En Allemagne, l’effigie de Sebastian Kneipp figure sur tous ses produits de soin (huiles de bain, tisanes, etc.). Près de six cent soixante hôtels, centres thermaux ou cliniques adhèrent à sa doctrine, et son nom se décline en adjectif : « kneippen ».

Tout a commencé en 1847. Sebastian Kneipp, 26 ans, atteint de tuberculose et déclaré incurable, tombe sur une publication du docteur Hahn : « De la force et des effets de l’eau fraîche sur le corps humain ». N’ayant plus rien à perdre, il s’administre un autotraitement. Au programme : course à pied deux fois par semaine sur les bords du Danube et plongeons dans une eau à 5 °C !

Un « remède de cheval » qui le guérit en quelques mois. Il décide alors de poursuivre ses recherches sur l’hydrothérapie et soigne – avec succès – son entourage. Accusé de charlatanisme, il est envoyé en Bavière par les autorités ecclésiastiques, au monastère des dominicains de Bad Wörishofen. Il y remplace le curé. En 1886, il publie son premier traité sous le titre “Ma cure d’eau”. Surnommé le « docteur de l’eau », il enrichit sa méthode pour en faire une véritable hygiène de vie qui considère le corps dans sa globalité. Et finira par soigner le pape Léon XIII, alors âgé de 80 ans.

Mieux vaut prévenir que guérir, pensait l’abbé. « Ceux et celles qui ne réservent pas quotidiennement un peu de temps pour leur santé devront un jour consacrer beaucoup de temps à leur maladie. » Bains partiels, douches écossaises… « S’il existe pour moi un seul remède, ce sera l’eau », déclare Sebastian Kneipp. Aujourd’hui, en France, on découvre sa méthode et ses produits de soins, tout à fait dans l’air du temps.

Deux grands principes

Selon le curé bavarois, adepte de la douche écossaise, il faut endurcir l’organisme pour prévenir la maladie.

1. De l’eau entre 0 et 18 °C
L’eau froide est idéale pour « rétablir l’ordre dans le corps ». Elle ôte la chaleur superflue (dont la transpiration) tout en obligeant l’organisme à générer sa propre énergie calorifique pour éliminer les éléments « inutiles et insalubres » (« graisses et mauvaises humeurs » !).
L’eau chaude ne doit intervenir que pour seconder l’organisme incapable de produire sa chaleur naturelle (quand on se sent frigorifié) ou pour intensifier le bénéfice de l’eau froide.

« Le contraste chaud-froid dilate et contracte les vaisseaux sanguins, ce qui réactive le système neurovégétatif (cœur, foie, estomac…), mais aussi le système hormonal et immunitaire », explique Joachim Bohm Rammel, ostéopathe (également directeur de la physiothérapie au Sebastianarium, centre de soins et école de formation à Bad Wörishofen, en Allemagne).

2. Des applications localisées
S’il s’agit d’entretenir sa forme, entre une et trois douches froides au lever par semaine suffiront (durée : une minute). Sinon, on trempe ou on arrose bras, genoux, visage ou coudes, selon le problème.
Les applications d’eau localisées décongestionnent la zone traitée, mais, curieusement, agissent sur d’autres endroits par un effet dérivatif (comme le font l’acupuncture et la réflexologie).

Ainsi, un bain de pieds froid soulage les cerveaux en ébullition : pour lutter contre le froid, le cerveau envoie du sang vers les pieds, ce qui nous allège la tête.

Cure d’eau chez soi

L’avantage de la méthode Kneipp est sa simplicité. Un lavabo, une douche, une bassine, et le tour est joué. Sebastian Kneipp recommandait la modération. Inutile d’abuser de ses cent vingt types de bains !
– Première étape : identifiez votre problème (migraine, insomnie, jambes lourdes, etc.).
 Deuxième étape : pratiquez le soin approprié jusqu’à complet rétablissement.

Pour ne pas attraper froid, veillez à ce que la température de la pièce ainsi que celle du sol soient suffisamment élevées. Les parties du corps non mouillées doivent être chaudement couvertes. Surtout, ne vous essuyez pas. Séchez-vous en agitant les bras ou les pieds, mouvements qui induisent une chaleur naturelle et prolongent la réaction de l’organisme.

Les douches
Réglez la pomme de douche sur la pluie la plus douce ou remplacez-la par un tuyau en caoutchouc. Dirigez le jet de biais, à dix-quinze centimètres de la peau, le temps que l’épiderme rougisse.

– Pour lutter contre le stress
Un ruissellement froid sur les cuisses apaise l’anxiété mais aussi la gueule de bois des lendemains de fête. Il traite également la cellulite et les jambes lourdes.
– Pour alléger les jambes
Remontez du gros orteil à l’intérieur des genoux. Insistez sur le creux derrière l’articulation, riche en ganglions lymphatiques. Puis redescendez le jet par le bord opposé jusqu’à la cheville. Recommencez l’affusion en allant stimuler la rotule. Ce soin soulage les jambes lourdes, et a un effet secondaire sur la zone du thorax, des abdominaux et sur les organes urinaires.
– Pour faire passer la migraine
Adaptez un tuyau en caoutchouc sur le robinet du lavabo. Baladez un jet d’eau tout autour du visage en dessinant un cercle, puis insistez sur le front et terminez par deux secondes sur chacun des yeux clos. Laissez réagir un peu avant de tamponner délicatement avec une serviette. Miraculeuse sur les maux de tête, la douche du visage efface également les boutons d’acné et lisse les mines fatiguées.

Les bains
Rassurez-vous, les plongeons dans l’eau froide restent toujours fugaces (trente secondes maxi).

– Contre l’insomnie 
Le bain de pieds avec de l’eau jusqu’à mi-mollets allège les esprits encombrés et ainsi facilite l’endormissement. Posologie : de trois à sept soirs par semaine. Durée : trente secondes.
– Contre les maux de ventre
Le bain de siège recouvre le haut des cuisses et le nombril. Pris quotidiennement durant sept jours avant les règles, il les promet moins douloureuses. Il combat aussi les hémorroïdes, les lenteurs digestives. Durée : de une à dix secondes.
– Contre les coups de pompe
Le bain de bras jusqu’aux biceps donne un coup de fouet à l’organisme, régule la tension, soulage les vertiges et les maux de tête. Durée : trente secondes.

Pour lire l’article dans son intégralité cliquez ici : http://www.psychologies.com/Bien-etre/Medecines-douces/Se-soigner-autrement/Articles-et-Dossiers/Methode-Kneipp-l-eau-froide-fait-des-miracles