Lien

10 bons conseils pour nager en eaux froides

nageur

1 – Simple précaution

Le bon sens invite à rendre visite à son médecin pour un bilan pendant lequel vous lui ferez part de votre projet. Comme on le ferait avant de s’inscrire dans une salle de sport ou d’aborder une quelconque activité physique. D’autant que le froid provoquant une vasoconstriction le cœur est soumis un travail supplémentaire pouvant être fatal pour des personnes souffrant de maladie cardiaque — déclarée ou non.

2 – Quand commencer ?

Plusieurs écoles, plusieurs méthodes. La progressive qui propose de continuer de se baigner après l’été pour avancer vers les saisons froides. La radicale propose de rentrer en eaux froides sans progressivité dans le temps. La première méthode semble cependant plus à la portée de tous.

3 – Dans quelles eaux ? 1/2

Pour ceux qui sont proches des bords de mer, cela est relativement facile. En général on ne se retrouve pas seul, des groupes de pratiquants seront ravis de vous faire part de leur expérience. Quant à ceux qui possèdent ou on accès à une piscine ou un bassin extérieurs les choses seront encore plus simple.

4 – Dans quelles eaux ? 2/2

L’eau salée est pour certains plus agréable en toutes saison que l’eau d’un bassin. Les sensations sont différentes et le ressenti de la température modifié. Sachant qu’une eau de mer propre à la baignade apportera un petit plus en matière de santé qu’une eau tout bonnement traitée.

5 – En maillot de bain ou en néoprène

Tout dépend de vous et de votre tolérance au froid, il faut dire qu’en dessous de 15° une  combinaison en néoprène permet de prolonger le bain et d’amoindrir le choc initial avec l’eau froide. Il existe des tenues plus ou moins sophistiquées, plus ou moins chères aussi. Pour commencer, un petit bodyboard fera l’affaire, puis on peut passer à la combinaison intégrale très confortable, mais guère facile à mettre et à enlever.

6 – Et la tête !

S’il y a une partie du corps à protéger en priorité, c’est bien la tête. L’ordinateur central est fragile et peut se dérégler rapidement. Pour ce faire un ou deux bonnets en silicone feront l’affaire. À noter qu’il existe des bonnets en néoprène. Et pourquoi pas des bouchons d’oreille en silicone qui viendront protéger les conduits auditifs ?

7 – D’un coup ou progressivement

Ils ne sont pas nombreux ceux qui plongent dans une eau très froide à l’instant. Ils sont ou très sûrs d’eux — techniques de préparation physique et morale — soit très imprudents. Le mieux pour nous simples mortels et d’y aller progressivement après quelques étirements — un échauffement poussé n’est pas recommandé — et une hyperventilation. Nuque, avant-bras et pieds seront mouillés avant de rentrer complètement dans l’eau.Ainsi, notre corps aura le temps de se mobiliser face à cette nouvelle situation.

8 – Combien de temps ?

Tout dépend bien sûr de la température de l’eau. Comme on n’est pas dans l’établissement d’un record, mais dans une activité régulière et bénéfique pour la santé, on gardera raison avant tout. On sera donc à l’écoute de son corps avant, pendant et après le bain. Se faire une trop grande violence est non seulement stupide, mais va à l’encontre des bénéfices recherchés.

Lire la suite de l’article ici : http://www.10bonsconseils.com/nager-en-eaux-froides.html

Vidéo

Nager dans l’eau froide c’est bon pour la santé et surtout très bon pour le moral : ça rend heureux

capture_3-3847988

Il y a depuis longtemps en Normandie un adepte de la nage en eau froide, surnommé « Ice doctor » : à toutes les saisons, il plonge dans la Seine. Une étude médicale de Portsmouth est en train de prouver que c’est un antidépresseur naturel, avec essais cliniques dans la Manche (la mer) .

Et vous ça vous tente ? une eau est glacée en-dessous de 5 ° et froide en-dessous de 15°.
Des températures que l’on a l’habitude de cotoyer sur notre littoral normand. Alors pourquoi pas vous …

Depuis longtemps, on entend les adeptes du bain de Noël ou du Nouvel An , sur les plages normandes, nous dire le bien qu’ils ressentent après cette immersion en eau froide. « Vivifiant, raffermissant, tonique, bon pour la peau, bon pour le moral »…Le bain de fin d’année est même devenu très rapidement une mode!

Il y a même aujourd’hui des championnats du monde de nage en eau glacée auxquels participe un normand, le  « Ice doctor » : le généraliste un peu « givré » de Sotteville-Les-Rouen ( Cf à un article de Ouest-France)  .
En 2016, France 3 Normandie lui avait consacré  un reportage :

L’histoire de cette femme également, plaide pour les bienfaits de l’eau froide sur le corps humain :

Tout le monde sait qu’il est conseillé d’asperger chaque matin ou chaque soir ses jambes d’eau glacée, dans la douche pour tonifier la circulation.
Et bien Johanna Nordblad, détentrice d’un record du monde féminin de plongée sous la glace, a commencé la nage en eau très froide après un grave accident de vélo, un médecin lui a recommandé alors une thérapie par l’eau glacée pour soulager ses douleurs. L’effet sur elle a été sans appel.

Lire la suite de l’article ici : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/nager-eau-froide-c-est-bon-sante-surtout-tres-bon-moral-ca-rend-heureux-1542262.html

Vidéo

De l’eau filtrée dans les fromages sans lait de la société Les petits veganne INTERVIEW

miniature-rodolpheforget

Dans cette vidéo, Rodolphe Forget interviewe Yannick Fosse et Anne Guth de la société Les petits Veganne qui font des fromages sans lait avec de l’eau filtrée. Le but de l’émission est de comprendre quels sont les bénéfices à utiliser une eau filtrée au sein d’une entreprise du secteur agroalimentaire.

=========================
👁 Présentation de l’entreprise « Les petits Veganne »
=========================
Les Petits Veganne c’est avant tout une petite équipe de passionnés.
Pour une question d’éthique et de santé, ils ont décidé de baser au maximum leur alimentation sur le végétalisme. Ce qui les a encouragé à bannir la viande et les produits laitiers de leur consommation.
Suite à leur nouvelle alimentation et par adoration du goût authentique des fromages, ils ont décidé de parvenir à les reproduire eux-même en innovant les recettes avec des ingrédients végétaux.
👉 URL des petits veganne : http://www.petits-veganne.fr/

Lien

Bain de siège : quand faut-il y avoir recours ?

bain-de-siege-quand-faut-il-y-avoir-recours

La pratique du bain de siège peut paraître étonnante voire surannée. Pourtant, elle s’avère salvatrice à bien des égards, qu’elle soit réalisée de son propre chef pour de petits maux ou sur prescription pour des cicatrisations plus importantes. Quand peut-on avoir recours au bain de siège ?

Le bain de siège consiste à s’assoir dans une bassine d’eau froide ou tempérée durant une dizaine de minutes. Les jambes doivent rester à l’air libre et les genoux légèrement relevés pour activer la circulation. L’eau trop chaude est à proscrire : une vasodilatation serait contre-productive en favorisant les hémorroïdes. Côté timing, privilégiez le bain de siège au moins une demi-heure avant un repas ou une heure et demie après avoir mangé. Vous pouvez répéter la procédure jusqu’à quatre fois par jour. Dans tous les cas, le bain de siège ne doit pas se substituer aux traitements des professionnels de santé. Un séchage soigneux doit suivre chaque séance.

L’eau froide et l’hamamélis contre les hémorroïdes

Les hémorroïdes sont de petites poches qui se forment par dilatation du système veineux de l’anus et du rectum. L’eau froide du bain de siège est dans ce cas très utile. Le froid a une action constrictrice sur les veines et anesthésiante sur la douleur. Plus agréable quand on est frileuse, l’eau tiède est permise. Dans ce cas, l’ajout d’une infusion d’hamamélis est un plus. Pendant une dizaine de minutes, on infuse quelques grammes de feuilles de cette plante dans un litre d’eau bouillante. Une fois l’eau refroidie, on ajoute l’infusion au bain de siège. Riche en tanins, l’hamamélis est bien connu pour ses propriétés anti-inflammatoires et vasoconstrictrices.

Pour un nettoyage tout en douceur

Un bain de siège peut éviter l’utilisation trop intense du papier toilette traumatisant pour une peau lésée ou lors d’une crise hémorroïdaire. Après la selle, il est possible de réaliser un essuyage doux à l’aide de papier imbibé ou de lingettes spéciales. Un bain de siège froid ou tiède viendra compléter la toilette et surtout apaiser la douleur.

Mycose vaginale récidivante : le bain de siège peut aider

Une mycose vulvo-vaginale, ce sont des champignons qui se développent au détriment de la flore habituelle. Démangeaisons, brûlures, mauvaises odeurs sont des symptômes caractéristiques. Les traitements antifongiques prescrits en viennent normalement à bout rapidement et facilement. Pourtant, il arrive que la flore génitale soit déstabilisée régulièrement et devienne trop acide : c’est la mycose récidivante ou chronique. Une cuillère à soupe de bicarbonate de sodium pour un litre d’eau, froide ou tiède, constitue un bain de siège alcalinisant. A réaliser deux fois par jour, il ne faut pas trop abuser de ce remède sous peine de voir le pH génital s’inverser et la mycose se développer à nouveau !

Apaiser les inflammations avec l’argile

On l’applique sur le visage contre l’acné, on l’avale dans un verre d’eau contre les diarrhées, on en fait des cataplasmes contre certaines douleurs. L’argile est connue depuis la nuit des temps pour ses vertus anti-inflammatoires, absorbantes et cicatrisantes. Le bain de siège est une utilisation que l’on connait moins. Une poignée d’argile verte en poudre mélangée à de l’eau tiède ou froide lutte contre les inflammations, les démangeaisons ou les furoncles bénins. Il est aussi possible de soulager une fissure analebénigne avec ce bain de siège à l’argile en utilisant de l’eau tiède.

Vidéo

Eau en bouteille : contaminée par des microparticules de plastique

201303261101

Selon un site d’informations américain, 93% des bouteilles d’eau contiendraient des microparticules de plastique.

//embedftv-a.akamaihd.net/9065beddee6f8ddbc85510ebbf598c52

L’eau en bouteille représente un marché colossal de 3 milliards d’euros, avec une promesse : nous faire boire une eau d’une grande pureté. Une belle image troublée il y a six mois par une révélation provenant d’un site d’informations américain qui affirme que « 93% des bouteilles d’eau serait contaminées par des micro plastiques« . Pour comprendre comment une telle contamination est possible, une seule marque de bouteille d’eau minérale a accepté d’ouvrir les portes de son usine aux journalistes de France 2, à Velleminfroy, près de Belfort (Territoire de Belfort).

Paul Poulaillon, le propriétaire de la source, achète régulièrement les terrains alentour pour protéger l’eau de toute pollution. L’eau n’entre jamais en contact avec l’air extérieur. Elle est acheminée via des tuyaux souterrains, jusqu’à l’usine qui se trouve 1 km plus loin. Puis elle est immédiatement mise en bouteille, dans un environnement entièrement stérilisé. Pour le plastique de la bouteille, le directeur qualité a choisi un matériau haut de gamme. Il arrive sous la forme de tube à essai, avant d’être soufflé sur place. Ce processus rigoureux évite à l’entreprise d’avoir des microparticules de plastique dans son eau. Cela vient de lui être confirmé par des analyses.

Protéger les bouteilles en plastique de la lumière

Pour les marques mises en cause, le problème vient-il du mode de fabrication ou de la qualité du plastique ? Difficile de trancher à l’heure qu’il est, mais pour éviter les microparticules de plastique dans les bouteilles, il faudrait les protéger de la lumière. Autre solution : se rabattre sur l’eau du robinet, qui a l’avantage d’être moins chère…Mais échappe-t-elle complètement au plastique ?

Lien

Combien coûte réellement l‘eau qui coule dans nos robinets ?

9821a04504f7e1fad661270119ecd69d

L’eau est une ressource naturelle. Cependant, nous payons pour sa consommation. Cette facturation correspond à l’ensemble des services fournis aux différents utilisateurs à l’instar du comptage d’eau, son traitement pour la rendre potable et son acheminement jusqu’à notre. La facture que nous recevons n’est donc pas vraiment celle de l’eau. Elle est plutôt celle des différents services liés à la fourniture de l’eau. Nous allons voir dans cet article combien coûtent réellement ces services.

Le prix des services d’eau et de l’assainissement

La distribution de l’eau sur le territoire est administrée par la municipalité. Elle fait face à de nombreuses dépenses pour maintenir la qualité des différents services d’eau et d’assainissement. Les prix sont donc fixés par rapport au niveau d’équipement nécessaire. Les ressources d’eau subissent de grandes variations en qualité et quantité. Ce sont ces différentes contraintes qui font varier le budget nécessaire pour la distribution d’eau. Ce budget d’investissement influe directement sur le coût de l’eau auprès des consommateurs. Chaque commune doit compenser l’investissement consenti pour la qualité des services d’eau en la facturant.

Plusieurs organismes publics collectent également des taxes et redevances pour les redistribuer sous forme d’aides. Le but de cette manœuvre est la préservation des milieux et ressources aquatiques. Chaque usager assume un coût correspondant à 30% du service sur la base d’une consommation annuelle de 120m au niveau des communes urbaines depuis le 1er janvier 2012. Au niveau des communes rurales cette valeur est de 40%. Les communes touristiques n’assument pas de charges. Vous en connaissez désormais un peu plus sur pour comprendre pourquoi le prix réel de l’eau diffère d’une commune l’autre.

La fluctuation des prix

La valeur du budget d’investissement influence fortement le prix des services d’eau. Cependant, la fluctuation des prix est également due aux contraintes géographiques. En effet, il y a également comme contrainte, l’éloignement du lieu de captage. Cet éloignement entraîne une certaine longueur des canalisations. On distingue aussi les répercussions dues à la nature du solet au vieillissement des canalisations. Toutes ces différentes contraintes ont un impact sur les coûts d’entretien et de production.

Lire la suite de l’article ici : http://www.navi-mag.com/combien-coute-reellement-leau-qui-coule-dans-nos-robinets/

Lien

Faites votre propre eau minérale à la maison avec Mitte

mitte

En ce qui concerne l’eau, certains la consomment en bouteille, d’autres au robinet. Ces derniers la filtrent parfois, à différents degrés. Il sera bientôt possible d’y ajouter des minéraux très facilement.

Selon l’endroit où vous vivez, l’eau du robinet est plus ou moins bonne à boire – elle reste potable, évidemment, mais c’est affaire de goût -. Certains, par contre, préfèrent la filtrer. Il existe aujourd’hui de nombreuses options pour ce faire. Parfois, ce n’est toujours pas suffisant. Certains multiplient les filtres ou emploient des méthodes très perfectionnées…

Avec Mitte, personnalisez votre eau à la maison

Si vous trouvez que cette eau n’est toujours pas parfaite, peut-être pourriez-vous vouloir y ajouter des minéraux. Mitte a quelque chose qui pourrait vous intéresser. La marque dévoilait à l’IFA 2018 de Berlin un appareil dont la mission est de supprimer les polluants présents dans l’eau, d’en faire une eau “pure” et il est possible d’ajouter des “minéraux essentiels” comme du calcium ou du magnésium en utilisant des cartouches spéciales.

Purifiez-la et ajoutez-y des minéraux à votre convenance

Pour faire simple, l’appareil purifie l’eau au maximum et à partir de là, vous laisse la possibilité de la “personnaliser” selon vos propres goûts. C’est d’ailleurs sur ce point que Mitte a basé toute sa campagne marketing.

Lire la suite de l’article ici : https://www.begeek.fr/faites-votre-propre-eau-minerale-a-la-maison-avec-mitte-289513