Vidéo

La biologie numérique avec Emmanuel Carrière

« Les possibilités d’entrevoir une application mobile qui envoie des informations à votre corps pour avoir un effet est tout à fait envisageable de nos jours » selon Emmanuel Carrière, naturopathe à Paris.

Emmanuel Carrière 2

Emmanuel Carrière lors du tournage de la vidéo en novembre 2018

On appelle cela la biologie numérique.

Qu’il s’agisse de la détection des maladies graves ou des thérapies par des ondes médicaments. Cette nouvelle approche de biologie numérique est axée sur les informations que les ondes véhiculent à l’intérieur de nos corps physique et nos corps énergétiques.

Nous sommes partis à la rencontre de Emmanuel Carrière pour l’interviewer sur sa pratique dans son cabinet de la biologie numérique.

Présentation d’Emmanuel Carrière : Docteur en Médecines Alternatives, Heilpraktiker, Naturopathe.

Il exerce depuis 1996 et s’est formé en France, en Suisse, en Inde… à plusieurs techniques thérapeutiques. Ses compétences sont pluridisciplinaires, principalement : l’homéopathie, l’hypnothérapie, la naturopathie, l’équilibre postural, Chi Nei Tsang, la médecine informationnelle…

Publicités
Vidéo

La Surf Thérapie avec le Dr Guillaume Barucq

La Surf Thérapie est une méthode pour se sentir mieux dans son corps et dans sa tête grâce aux bienfaits de la mer, de l’air marin et du soleil dont vous profiterez sur une planche de surf. La Surf Thérapie est une thalassothérapie naturelle basée sur la pratique régulière du surf, du stand-up paddle, de la marche, de la natation, et du yoga en bord de mer. Le surf aide à rester en forme, à stabiliser son poids, à atténuer le stress, et même à arrêter de fumer ou à booster sa libido !

Des personnes atteintes d’un cancer, d’une maladie chronique ou d’un handicap retirent des bénéfices du surf. La Surf Thérapie est utilisée dans la prise en charge de la mucoviscidose, pour améliorer le bien-être d’enfants autistes, rééduquer des soldats blessés, participer au sevrage de certaines addictions…

La Surf Thérapie avec le Dr Guillaume Barucq

Guillaume Barucq pendant l’interview

En Octobre 2016, le Dr Guillaume Barucq a accepté d’être interviewé par EAU Séance. Vous pouvez voir cette vidéo sur la chaine EAU Séance :

Présentation de Guillaume Barucq :

Présentation de Guillaume Barucq : il est né le 14 Février 1977. Il a conclu ses études de médecine à l’Université Victor Segalen de Bordeaux en soutenant une thèse sur la prévention des accidents de surf. Il exerce en tant que médecin généraliste installé à Biarritz sur la Côte Basque.

Le Docteur Guillaume Barucq constate au quotidien les bienfaits que l’océan apporte à ses patients et à lui-même. Il prescrit des séances de surf pour maintenir ses patients en bonne santé et il se passe rarement un jour sans qu’il n’aille lui-même profiter de la mer.
Guillaume Barucq explique dans le livre Surf Thérapie comment la réalisation d’une activité physique régulière au contact de la mer peut aider à se sentir mieux dans son corps et dans sa tête ainsi qu’à prévenir et à participer au traitement de certaines maladies.

Guillaume Barucq est un adepte du surf sur tous types de planches : petite planche, longboard, stand-up paddle, bodyboard…
Il glisse le plus souvent sur les vagues du Pays Basque mais ses voyages l’ont conduit à effectuer divers surf trips sur les spots de l’Océan Atlantique, de la Mer Méditerranée, de l’Océan Pacifique et de l’Océan Indien.

Guillaume Barucq est l’auteur du best-seller intitulé Surfers’ Survival Guide, un guide complet pour surfer en toute sécurité, aux Editions Surf Session.

Vidéo

Comment tester la potabilité de votre eau

870x489_eau-potable-29

On va parler de la potabilité de l’eau et des moyens dont on dispose pour la tester.

Vous trouverez assez facilement sur google les équipements dont on peu avoir besoin, faites des recherches et comparez les prix selon vos besoins spécifiques parce que je peu pas vous donner de généralités, comme je l’explique dans la vidéo les tests que vous allez devoir effectuer vont dépendre de votre situation particulière. Voici les liens vers le matos que j’utilise pour ma situation particulière, à savoir une eau de source potentiellement exposée à des pesticides et à des contaminations bactériennes causées soit par des excréments ou des cadavres d’animaux :

pH-mètre plan A : https://www.amazon.fr/gp/product/B01B…
pHmètre plan B : https://www.amazon.fr/gp/product/B00N…
Bandelettes réactives (alcalinité, nitrate, nitrite, plomb, cuivre, fer, chlore) : https://www.amazon.fr/gp/product/B073…
Kit de test que j’utilise dans la vidéo (pesticides, bactéries, plomb, cuivre, nitrates) : https://www.amazon.fr/gp/product/B000…

URL de la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=6Aty6FPBshY

 

Lien

Consommer l’eau du robinet : stop ou encore ?

5c9590d11d658ec93e8b4597

Eau contenue en bouteille plastique ou eau du robinet ? Laquelle choisir ? L’intervenante, à l’Atelier du 19 à Poitiers, a tranché au cours d’une animation.

Huit personnes autour de la table de la cuisine de l’Atelier du 19 – appartement pédagogique aux Couronneries – veulent en savoir plus sur ce breuvage si précieux pour l’organisme ; l’eau. Dans le cadre des Journées mondiales de l’eau, Delphine Ladril, diététicienne spécialisée dans la santé et l’environnement, a proposé, hier après-midi, de démêler le vrai du faux au sujet des eaux, celles contenues dans des bouteilles en plastique ou tout simplement celle provenant du robinet.
Un bâtonnet de charbon pour nettoyer l’eauAprès un rapide tour de table et une présentation, dessin à l’appui, du cycle domestique de l’eau, de son captage en passant par le château d’eau jusqu’à son rejet dans la nature, Delphine Ladril a ensuite précisé : « Je souhaite vous donner quelques éléments pour alimenter votre réflexion mais aussi vous proposer des alternatives assez satisfaisantes pour faire autrement. » Et elles ont été nombreuses, balayant en même temps quelques idées reçues sur la façon de conserver, de consommer, de stocker l’eau.

(…) Mais quelle eau ? Du point de vue de la diététicienne, l’eau minérale ou de source en contact avec le plastique – surtout s’il reste à la chaleur – se charge de perturbateurs endocriniens car la nature du plastique n’est pas la même que celle imposée pour les aliments solides. « De plus, l’eau minérale est très concentrée en résidu sec, difficile à éliminer »

Éliminer les résidusDelphine Ladril préfère l’eau du robinet avec des techniques de filtrage. Pour le goût – souvent chloré mais qui s’élimine rapidement si la bouteille n’est pas fermée ou passée une demi-heure au réfrigérateur –, elle préconise les fruits frais macérés quelques heures avec une légère préférence pour les agrumes et quelques feuilles d’aromatiques. « En ce moment, citron bio et thym permettent de détoxifier l’organisme en même temps. Mais quand ce sera la saison des fraises ou du melon, l’eau aura vraiment une bonne saveur. » Outre le goût, elle s’est attachée à donner quelques « trucs » pour tenter d’éliminer les résidus de pesticides, médicamenteux ou provenant de produits d’entretien. « J’utilise un bâtonnet de charbon actif que l’on nomme Binchotan. Il est très poreux et absorbe les molécules nocives. Il est actif pendant trois mois et neutralise même le calcaire. » Un « purificateur » d’eau naturel et peu onéreux, voilà un des nombreux bons tuyaux (sans jeu de mot) donnés par l’animatrice.

Lire l’intégralité de l’article ici : https://www.lanouvellerepublique.fr/poitiers/consommer-l-eau-du-robinet-stop-ou-encore

Vidéo

Autonomie – Eau potable pour CAMPING CAR – FOURGON AMENAGE – TINY HOUSE – MAISON AUTONOME

themeworld-rv-resort-tiny-house-0002-e1491335993931

S’il y a bien quelque chose d’important dans son camping-car, dans son fourgon aménagé, dans sa Tiny House ou dans sa maison autonome c’est la qualité de l’eau.

 

En Tiny house autonome, la gestion de l’eau potable est un défi. Nous proposons nos pistes pour rendre l’eau de pluie potable, être le plus autonome en eau et parler de la gestion des eaux grises. Cette vidéo est un extrait d’un live Facebook : https://www.facebook.com/THLivingston… Notre système permet aussi de filtrer l’eau de réseau et la débarrasser d’une partie des polluants. Nous utilisons des systèmes peu consommateur en énergie électrique, compact et léger.

 

Lien

Qu’est-ce qu’une eau potable ?

eau-potable

Elle fait partie de notre quotidien et nous ne mesurons malheureusement que trop rarement cette chance incroyable qu’est la notre de l’avoir à portée de main. Elle est la vie. Elle, c’est l’eau potable. Mais au fait, savez-vous vraiment ce qu’est une eau potable ?

L’eau potable : une réponse aux normes

L’eau potable, c’est l’unique eau qui puisse être bue sans aucun risque de rendre malade son consommateur. Et l’eau potable est, par définition, l’inverse d’une eau non-potable. Ou dangereuse parce que contaminée, si vous préférez. Mais contaminéepar quoi ?

L’eau potable est celle qui ne doit pas contenir de trop grandes quantités de bactéries, de parasites ou de substances chimiques. Et en France, les normes sont très strictes sur le sujet. Une réglementation qui se base sur plus de 60 critères, eux-mêmes répartis en plusieurs « grandes familles » :

Les organoleptiques : couleur, odeur et saveur de l’eau.

Physico-chimiques : pH et oxygène

Substances indésirables : nitrates, hydrocarbures …

Substances toxiques : arsenic et cyanure

Organismes microbiologiques : streptocoques

Teneur en pesticides

Eau potable : des eaux différentes

Une fois que l’eau est captée dans une nappe d’eau souterraine, elle est alors totalement nettoyée et purifiée de ses teneurs en pesticides, nitrates, plomb, mercure et chlore. Elle subit de nombreux contrôles sanitaires ainsi que des traitements dits de potabilisation.

Une méthode qui semble fonctionner pour 80% des français qui se disent satisfaits par la qualité de l’eau qui sort de leur robinet. Preuve en est la confiance qu’ils lui accordent : de plus en plus de français préfèrent boire cette eau au détriment de l’eau minérale vendue en bouteille plastique, dont nous vous en avions parlé dans cet article. 

Mais l’eau, c’est également un mot qui se conjugue au pluriel. Pour comprendre ce qu’est une eau douce par exemple, comprenons ce qu’est une eau dite « dure ». Une eau dure, c’est une eau qui contient (plus que l’eau douce, donc) plus de minéraux dissous : des sels de calcium et de magnésium par exemple.

Ce sont ces minéraux qui la rendront plus calcaire que les autres. Et contrairement aux idées reçues, cette eau est de bien meilleure qualité que sa cousine l’eau douce. Tout simplement parce qu’en apportant une plus grande quantité de sels minéraux au corps, elle protégerait de certaines maladies cardio-vasculaires. Par contre, si elle apporte des avantages, elle contient également son lot d’inconvénients. Entre autres, le carbonate de calcaire, qui n’est rien de plus que le tarte, et qui endommage les appareils. C’est cette même dureté de l’eau qui empêche certains détergents d’être efficaces.

Lire la suite de l’article ici : http://www.letribunaldunet.fr/le-saviez-vous/definition-eau-potable-eau-dure-douce.html

Lien

Le pouvoir antibiotique de l’Eau de Mer

 

open-ocean_hero

Le pouvoir de l’océan est à l’image de son immensité.
Depuis plus de 120 ans, nous nous efforçons de mettre en évidence les vertus marines avec une méthodologie d’approche rationnelle, scientifique, loin des interprétations hasardeuses et douteuses. Il nous faut  être conscient que la science d’aujourd´hui ne s’interprète pas comme celle d’hier et qu’elle est forcément différente de celle de demain. Les connaissances acquises évoluent sans arrêt, à grande vitesse et, dans ce cas précis, le monde de l’infinitésimalité, vu sous l’angle anthropocentrique, commence seulement à laisser apparaître l’extrême importance de son rôle. Nous allons donc voir, succinctement, ce que nous connaissons vraiment du pouvoir antibiotique de la mer, (antibiotique, écobiotique, symbiotique… ?) et de sa classification sectorielle pour un produit d’action globale.
Sur le plan médical, l’approche scientifique du pouvoir antimicrobien (improprement appelé antibiotique) de l’eau de mer commence, en 1889, avec les observations du médecin italien Vicenzo De Giaxa.
De nombreuses années plus tard, en 1963, Olensen, Maretzki et Almodovar confirment que « Les océans pourraient être une grande réserve de systèmes végétaux produisant différentes substances antimicrobiennes. » Les chercheurs Aubert et Gauthier, en 1972, mettent en évidence que 20 à 25% des diatomées méditerranéennes produisent des substances antiseptiques ou antibiotiques. Le CERBOM (devenu l’Université Internationale de la Mer) a démontré, en partant de la biomasse planctonique recueillie en haute mer, qu’une activité anti Escherichia coli se manifestait, systématiquement, tout au long de l’année; mais surtout que son action se voyait potentialisée lorsque le taux phyto-planctonique était augmenté. Enfin, dernièrement, en 2013, aux USA, la mise en évidence « d’un nouvel antibiotique », l’anthracimycine semble particulièrement effectif contre l’anthrax, entre autres. (1)
Tout au long de ces études, in vitro e in vivo, nous observons la répétition incontournable de la mise en évidence d’un phénomène « antibiotique » difficilement classifiable, la nature de cette action antibactérienne se voyant potentialisée par l’action de la lumière solaire.
Certains de ses agents antibiotiques ont une période de vie particulièrement courte, c’est le cas de l’acide acrylique, qui de plus, limite son champ d’action à son microcosme; d’autres présentent une période d’activité beaucoup plus longue, comme d’autres acides gras, les chlorophyllides ou les tanins ; ils sont tous dotés d’une grande capacité de diffusion grâce aux courants océaniques tant horizontaux que verticaux. Ce type spécifique de courant se concrétise dans les Vortex marins où il présente une caractéristique de torsion hélicoïdale que la communauté scientifique étudie de façon attentive aujourd´hui(2).
D’autre part, de nombreux auteurs mettent en évidence la présence de substances antibiotiques, écobiotiques, symbiotiques, mais sans pouvoir déterminer leur nature chimique exacte.

Enfin, une constatation incontournable : le pouvoir antibiotique de l’eau de mer est thermolabile, c’est-à-dire qu’il disparaît sous l’action de la chaleur.
Les éléments antimicrobiens sont sécrétés dans l’eau de mer par les grandes algues et les micro-algues phyto-planctoniques, ainsi que par certaines bactéries marines ; leur présence est très variable et est associée inévitablement au taux phyto-planctonique. L’océan est donc doté d’une perpétuelle action antibactérienne (stabilisatrice) et cette action est potentialisée lorsqu’apparaissent les efflorescences de quelques formes phyto-planctoniques.



Efflorescences dans le golfe de Gascogne.
 
 

Il est préférable, pour notre approche succincte du pouvoir antibiotique de la mer, de définir clairement ce qu’est le plancton, autant le phytoplancton que le zooplancton.
Il est à l’origine de la vie.
Il représente 50% de l’air que nous respirons.
Il est la source, inépuisable, de pétrole.
Il représente 98% de la biomasse des océans.
C’est le principal régulateur du climat.
Etc.

L’ensemble des particules en suspension dans l’océan forme le seston qui se divise en tripton (particules sans vie) et en plancton (particules vivantes). Ce dernier regroupe les éléments qui se laissent porter par les courants. Aussi bien le zooplancton que le phytoplancton constituent la biomasse la plus importante de notre planète.
Les êtres unicellulaires, comptabilisés en micromètres (1/1000000), sont les protistes et sont considérés comme les ancêtres de toutes les plantes et animaux existant sur notre planète. Nous sommes donc en présence de protophytes et protozoaires capables d’assurer l’ensemble des activités des êtres vivants, très souvent en conditions extrêmes.

Le pouvoir antibiotique de l’eau de mer est difficilement classifiable, c’est le totum de l’eau de mer qui lui confère cette capacité, tout en n’écartant pas les possibles effets antibiotiques ponctuels, selon les souches rencontrées. Cet ensemble symbiotique marque, en réalité, notre évolution et potentialise notre capacité organique à réagir de manière ad hoc. La Thérapie Marine agit, de façon incontournable, grâce à l’empreinte du totum minéral-organique du zoo et phytoplancton, mais seulement, comme l’ont démontré les nombreuses études réalisées, si l’on respecte la sensibilité de l’eau de mer à la chaleur.

En conclusion, pouvoir « antibiotique », oui, bien qu’il semble que ce ne soit pas le terme approprié, mais les effets réparateurs de la mer peuvent être observés dans de nombreux processus de détérioration de la santé y compris quand un agent microbien semble en être le responsable.

(1) La bibliographie est disponible sur Internet.
(2) http://www.youtube.com/watch?v=0jHsq36_NTU&feature=player_embedded

Joan Miquel Coll. Département scientifique des Laboratoires Quinton.